AccomplissementFemmeTalent

C’est quoi une personne à haut potentiel ?

On entend de plus en plus parler de douance, de personne à haut potentiel (HPI), précoce, atypique ou zèbre ? Mais à qui s’adresse ces étiquettes ? Quels sont les traits de caractère d’une personne dotée d’une intelligence hors-norme ? Est-ce un cadeau ou un fardeau ? Et si vous étiez concerné, peut-être sans le savoir ?

Etre surdoué, une chance insolente ?

Pas forcément, figurez-vous. Car celle ou celui qui a ce fonctionnement intellectuel atypique voit son chemin semé d’embûches. Pourquoi ? Parce qu’avoir une pensée complexe (versus une pensée linéaire), autrement dit en arborescence, implique forcément une vulnérabilité psychique, une hyper réceptivité émotionnelle et un bouillonnement cérébral permanent. Cela peut cependant passer inaperçu aux yeux de l’interessé si cette dimension hyperémotionnelle est refoulée après en avoir souffert car jugée exagérée ou gênante par son entourage. Le cerveau carbure en permanence, incapable de se mettre en mode pause et la personne ressent, entend, voit, perçoit de façon exacerbée. Ce qui peut être fatigant parfois… Et c’est tout le problème qui amène nombre de professionnels à consulter, s’inquiétant de leur émotivité, des montagnes russes qu’ils traversent, ne rentrant dans aucune case, essayant de s’adapter à un environnement dont ils ne comprennent pas toujours les codes. Comprenez bien que je ne parle pas ici de Quotient Intellectuel élévé (QI) mais d’une intelligence différente, d’où le terme de douance. L’estime de soi est souvent bien endommagée et l’arrogance ne pourrait qualifier ces êtres à haut potentiel, puisqu’ils doutent de tout, et surtout d’eux-mêmes ! Pour les femmes, les difficultés sont doubles : elles font face à des feedbacks qui peuvent altérer les fondations personnelles et les process RH ne sont pas en adéquation avec cette population sur la question de la maternité. Si bien que nous arrivons directement à l’aspect professionnel. Eh oui, l’ennui s’invite facilement chez le surdoué s’il n’est pas assez stimulé intellectuellement et n’occupe pas le poste qu’il a tout à fait la capacité d’occuper… C’est alors que « L’intelligence, c’est le seul outil qui permette à l’homme de mesurer l’étendue de son malheur » comme le dit Pierre Desproges. Mais vous connaissez un peu mon style si vous me lisez, pas de fatalité avec moi !

La personne à haut potentiel et sa vie professionnelle

Souvent décalé par rapport à la société parce qu’il n’a pas été assez tôt diagnostiqué et n’a pas pu agir en connaissance de cause, le surdoué a des difficultés à trouver sa place. Refusant souvent les conventions, il est un iconoclaste qui refuse de rentrer dans les rangs. Par utopie et souvent parce qu’il écoute avant tout son cœur. Altruiste et empathique grâce son cerveau droit, il est intuitif et perçoit donc plus de choses que ses semblables. La hiérarchie, très peu pour lui. L’argent et la question matérielle n’est pas non plus son moteur. Lui, ce qu’il aime par-dessus tout, c’est exprimer sa créativité, travailler à son rythme, être pluritâches (forcément avec un cerveau en arborescence où le droit fonctionne aussi bien que le gauche) et donner sa touche personnelle. Le supérieur qui n’a que faire de ses aspirations peut vite devenir excédé par cet idéaliste doté d’une vision et d’une clairvoyance peu banales. Il n’y a qu’un pas pour que le surdoué déprime… ou revive… en se mettant à son compte. Eh oui, souvent, en devenant entrepreneur de sa vie, il va pouvoir offrir à sa façon tous ses talents au monde. Et ce sans qu’on lui coupe les ailes.

Etre intelligent et heureux, oui c’est possible !

Si vous vous reconnaissez dans ces quelques lignes, alors n’ayez plus aucune hésitation : visez haut ! Concentrez-vous, persévérez, affrontez vos peurs, vos doutes (oui je sais ils sont tellement nombreux), avancez avec ces handicaps. Ayez le dernier mot, pas eux ! Et surtout, retrouvez grâce à votre analyse fine qui voit au-delà des évidences, votre mission de vie. Replongez dans votre enfance, écoutez la partie de vous qui sait, et lancez-vous. Le monde a besoin de votre intelligence exceptionnelle, de vos grandes aspirations, de votre éthique hors du commun pour faire un pied de nez au cynisme ambiant. Et c’est alors que votre âme commencera à inventer une musique que nous avons tant envie d’entendre.

Pour en savoir plus, quelques psychologues se sont spécialisés sur le sujet, notamment Jeanne Siaud-Facchin (Trop intelligent pour être heureux ?) et Christelle Petitcollin (Je pense mieux).

 

Envie de recevoir directement les prochains articles ? Inscrivez-vous à ma newsletter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.