Transformation numérique

Doit-on encore écrire (des livres, des articles…) à l’ère digitale ?

Ecrire aujourd’hui, quel intérêt ? Comme bon nombre d’entre vous, je m’interroge sur la nécessité (ou pas), dans cet écosystème digital engendré par la Quatrième révolution, d’écrire comme je le fais régulièrement. Cette révolution évolue à un rythme exponentiel, et non plus linéaire. L’accès au savoir est sans précédent. L’innovation technologique aussi. Dans ce contexte inédit, quelle place donner à des articles de blogs ou à des livres ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Ecrire-un-livre-isabelle-deprez-1024x935-min-1024x935.jpg.

« Les paroles vont comme le vent ; les écrits restent. » Proverbe chinois

Tour d’horizon de la situation

Le temps d’attention des internautes décroît tandis que l’intérêt pour les réseaux sociaux s’amplifie. Les spécialistes de l’inbound marketing attestent que les clients et les cibles souhaitent plus que jamais communiquer avec les marques, à tout moment, dans une interaction quasi-permanente. Youtube a explosé. Le podcast, plus intimiste, a désormais le vent en poupe. Et l’écrit dans tout ça ? Il suffit de jeter un œil sur des blogs pour très vite se rendre compte que la plupart de leurs créateurs ont arrêté de poster des articles… Pourtant, dans le monde de l’édition, il n’y a jamais eu autant de personnes qui aspirent à sortir un livre, numérique ou traditionnel. Paradoxe ? Tendance passagère ? Ou preuve que l’écrit n’est pas mort ?

« Toute écriture est politique puisque toute écriture est une vision du monde. » Marie Darrieussecq

A quoi bon tenir un blog en 2019

C’est la question que je me suis posée en faisant le point sur les objectifs que je souhaitais me fixer pour cette année. J’ai donc mené ma petite enquête, afin de prendre du recul, et de voir au-delà de mon goût personnel pour la réflexion et le partage d’idées, s’il y avait encore un intérêt pour vous qui me lisez fidèlement. Résultat : de mes recherches, j’en conclus que le blog reste l’endroit idéal pour nourrir sa pensée en fonction de ses centres d’intérêts, publier du contenu pertinent et convaincant, à forte valeur ajoutée. Car de toute évidence, par un véritable tour de force, le blog a réussi sa mutation ! Comment ?  En apportant une connexion émotionnelle, fondamentale à l’ère de l’expérience globale recherchée par tous. Il apparaît toujours comme le média idéal pour personnaliser une pensée, prendre le temps d’aller au fond d’un sujet, sur un ton informatif, pratique et/ou divertissant. En marketing, ce brand content (contenu de marque) s’inscrit dans une ligne éditoriale pertinente et cohérente, qui fait écho aux besoins des lecteurs. Comment le faire vivre avec les réseaux sociaux ? En faisant coexister le contenu tout simplement, dans une saine complémentarité. Ce que je m’attache à faire en publiant mes articles sur LinkedIn par exemple, là où l’interaction avec les personnes de mon réseau sont plus faciles.

« L’ère du numérique a créé un nouveau monde qui bouleverse l’ensemble de l’industrie médiatique, son économie comme ses usages. » Serge July

A quoi bon écrire un livre professionnel en 2019

Quant au livre professionnel, il a de beaux jours devant lui. Il connaît lui aussi sa révolution avec cependant deux courants qui se dessinent. Celui des éditeurs traditionnels qui concentrent leurs choix sur les pépites susceptibles de rencontrer un large public, gage de rentabilité pour leurs modèles économiques bousculés par l’arrivée du digital. Et un courant plus amateur et en pleine essor, celui de l’autoédition, où l’immédiateté qu’offre le numérique permet la proactivité sur des sujets en rapide transformation. La preuve sociale, encore forte, qu’apporte la maison d’édition traditionnelle, résistera-t-elle à l’écosystème digital qui propulse les auteurs reconnus dans ce nouvel espace ? Vidéos, livres audio et déclinaisons multiples des ouvrages auto-édités, pour ne citer qu’eux, construisent un univers attractif où l’expertise est évaluée directement par le public qu’elle rencontre, sans filtre. Loin de concurrencer le marché des ouvrages professionnels traditionnels, patinés par les regards pointus des maisons d’édition, ces nouveaux formats ouvrent un champ d’expression intéressant et non négligeable. Aussi, l’expertise de l’auteur n’est plus évaluée en fonction du nombre d’ouvrages vendus. C’est plutôt l’impact de ses idées véhiculées par les différents canaux qu’autorise le digital qui fédère, inspire et est gage de succès.

Tout ça pour dire que cette année encore, je persiste et je signe. A mes yeux, rien de tel que mon blog et mes livres pour continuer à « défricher pour cultiver les possibles » et poursuivre le dialogue avec vous. Tout en restant en veille et en gardant toujours à l’esprit le test, learn & adapt indispensable pour avancer dans un environnement mouvant.

Une réflexion au sujet de « Doit-on encore écrire (des livres, des articles…) à l’ère digitale ? »

  1. Je suis d’accord avec votre approche. En outre l’écrit reste à mes yeux une excellente base de réflexion que l’on peut reprendre autant de fois que nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.