EntrepreneuriatTalent

Elles sont PLUS, elles sont MOINS … mais de quoi parle-t-on ?

Elles sont (+), elles sont (-) … mais de quoi parle-ton ?

Précisons avec Isabelle Deprez, Speaker & Coach (*)

 

Man woman faces mind thought problem puzzle

Les femmes créent moins d’entreprises que les hommes, sauf que ce n’est plus vrai sur le plan européen pour la dernière génération. Elles sont plus fortes dans les services aux personnes, sauf qu’avec le Net tout est bousculé ! Elles sont moins portées sur le développement de leur boîte, sauf qu’avec une famille ce n’est pas toujours une priorité etc.

Rien ne vous surprend ? Relisez attentivement une seconde fois… toujours pas ?

Hé bien si vous observez attentivement vous noterez qu’il est question à tous les coups de COMPARER. Oui comparer par rapport à une norme et devinez laquelle : un point d’ancrage masculin tiré d’expériences et de données … du passé !

Arrêtons ce mode de pensée quelques instants et observons le mouvement actuel de notre société.

L’accomplissement personnel est devenu la valeur clé. Au regard de cette norme-là, celle d’aujourd’hui et de demain, que pensez-vous des entrepreneuses ? N’ont-elles pas ouvert la voie en étant entrepreneuses d’elles-mêmes (déjà !) dans des business permettant un meilleur équilibre de vie ?

Toutes les forces vives de nos pays s’organisent pour contribuer à un mieux vivre ensemble, on parle de plus en plus de «  bon pays » celui qui cultive le bien-vivre ensemble, le dépassement de soi au profit d’un projet de société plus inspirant. Que pensez-vous de nos entrepreneuses investies à fond dans le co – llectif, co-hésion, co-ntributif ? Ne sont-elles pas à nouveau des défricheuses de pistes, certes encore encombrées de vieux schémas du passé, mais néanmoins coupe-coupe à la main, de vraies amazones du futur ?

La culture et l’éducation sont passées par là, les gènes n’y ont vu que du feu ! Les hommes et les femmes se sont construits sur des modèles différents. Et si finalement ce n’était plus un problème ? Mais au contraire une opportunité ?

De cet enracinement culturel les femmes ont hérité d’une force incroyable, leur capacité à  entrainer dans leur sillon ces jeunes et moins jeunes entrepreneurs, lassés du culte de l’affirmation de soi et  portés par des valeurs plus inclusives, les « startupeurs » du Co, du Sharing, de l’ESS etc..

La mayonnaise prend…

Et elle prendra encore plus vite dès que les entrepreneuses prendront conscience des différences qui subsistent encore souvent entre les visions du monde et les pratiques des hommes et des femmes dans les affaires. Il y a matière à ouvrir les yeux et focaliser toute son intelligence sur la richesse que constituent aussi les expériences business de leurs homologues masculins : leur focus sur le développement et la performance, leur langage en espèces sonnantes et trébuchantes et leurs pratiques de réseautage en développement de « maillons faibles » mais fructueux pour les affaires.

En un mot : faire un pas vers ce qui n’est pas spontané, le vivre comme une source d’enrichissement même si c’est difficile et même si cela secoue un peu … ou fortement, dans un premier temps.

Et sans nul doute, tomberons alors d’eux-mêmes ces discours stériles sur les + ou les – qui enferment les hommes et les femmes dans des schémas du passé !

 

(*) Isabelle Deprez est directrice scientifique du programme Femmes & Dirigeantes à ESCP Europe, intervenante à l’ENA et l’IESEG, membre du comité scientifique de la Fédération Pionnière. Blogueuse et auteure.

Voici un extrait de son intervention sur l’Entrepreneuriat féminin à ESCP Europe

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.