Le Travail en France et ses nombreux paradoxes !

Publié le Publié dans Accomplissement, Entrepreneuriat, Transformation positive, Travail

 Les données 2016 sur le travail en France : 

29,2 millions de personnes de 15 à 64 ans sont actives, dont 3 millions actuellement au chômage.

  • Les salariés représentent 88,2% de la population active, 85,2% sont en CDI, 10,% en CDD, 2,7% en intérim et 1,6 % en apprentissage.
  • Le CDI est en léger repli depuis une dizaine d’années, avec un recul de 1,5 points.
  • La proportion de CDD dans l’emploi total dépasse leur proportion moyenne pour l’ensemble des pays de l’OCDE pour toutes les tranches d’âge
  • La peur de perdre sa position d’”insider” explique le peu de mobilité sur le marché du travail en France, ce qui renforce son manque de dynamisme. En outre, les innovations technologiques et organisationnelles qui, dans d’autres conditions, auraient pu permettre un plus grand dynamisme du marché servent uniquement à intensifier la concurrence entre outsiders et nouveaux entrants, ce qui accentue la précarité des jeunes travailleurs.

    Sources : Gabriel A. Giménez Roche, professeur associé, chercheur associé à l’Institut économique Molinari – Ecole de commerce de Troyes-  Insee “ Une photographie du marché du travail en 2016” et Xerfi Canal Economie par Alexandre Mirlicourtois le 12/05/201 « France-Allemagne, le match démographique »

 

Des paradoxes criants :

Les emplois souffrant peu du risque de chômage offrent les temps de travail les plus souples ou les plus courts, notamment dans la fonction publique et l’enseignement, voire des avantages divers (conciergeries, crèches…) dans les grandes entreprises.

Les emplois les moins protégés, ceux des jeunes en CDD, des secteurs en reconversion…, offrent aussi, avec des carrières hachées et donc incomplètes, les moins bonnes perspectives de retraites, et les chefs de petites et moyennes entreprises (PME), qui prennent le risque économique, n’ont ni assurance contre les accidents de travail et maladies professionnelles, ni assurance chômage.

Source : Béatrice Majnoni d’Intignano – Professeur des Universités, auteure de “ Santé et Economie en Europe”(Que sais-je, 2016)

 

Quand la démographie s’en mêle :

  • La France est jeune, comparativement à l’Allemagne par exemple : l’âge médian dépasse à peine 41 ans.
  • Un taux de fécondité de 2 en moyenne sur les 5 dernières années, la France renouvelle peu ou prou ses générations, ce qui est assez exceptionnel.
  • La part des jeunes de moins de 15 ans dans le total de la population est de 18,5 % en France contre 13, 2 en Allemagne.

De quoi nous réjouir et pourtant une difficulté majeure se profile:

  • Il y d’abord l’explosion du nombre de baby-boomers en âge de prendre leur retraite. On compte aujourd’hui à peine trois cotisants potentiels (les personnes en âge de travailler, plus précisément les 20-64 ans) pour un retraité potentiel ( les personnes de plus de 65 ans ou plus) aujourd’hui, contre 3,6 il y a à peine 10 ans.
  • Outre l’augmentation rapide du nombre de retraités, la population en âge de travailler recule depuis 2011, sous l’impact du net fléchissement des 55-64 ans, conséquence de la chute de la natalité dans les années 50.
  • Si on regarde les jeunes dépendants maintenant, le problème est aigu. On compte 2,3 personnes en âge de travailler pour 1 jeune de moins de 20 ans en France (contre 3,3 par exemple en Allemagne)

 

Et cependant…

La France distribue près de 20% des prestations sociales de l’Europe entière. Elle présente, grâce à cet ensemble, l’un des plus faibles taux de pauvreté du continent, soit 15% ( seuil de pauvreté= 60 % du revenu médian)

Avec cependant des arbitrages en faveur de :

  • la Vieillesse et Santé (80 % du total), et des parents pauvres : la Famille(8%),
  • et seulement 6% vers l’Emploi (Source 2017) => les risques ont migré vers la jeunesse et les personnes non ou mal qualifiées.
  • le Logement (3%)

 Source : Béatrice Majnoni d’Intignano – Professeur des Universités, auteure de “ Santé et Economie en Europe”(Que sais-je, 2016)

 

 

(*)Quelques faits et chiffres utiles à la compréhension de la dynamique du travail en France.
« Comment réenchanter le travail » (en entreprise et sortir du sentiment d’impuissance pour soi aussi ) est le thème de l’ouvrage que je finalise actuellement. Parution 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *