LeadershipPouvoir

Que signifie être garant de soi quand on est un leader ?

Le soin de soi en tant que leader est essentiel pour ne pas se perdre en route. Sinon le risque est grand d’être victime du syndrome d’hubris ou de perdre sa capacité à mener ou conduire d’autres individus vers des objectifs communs. Donner le goût aux autres de nous suivre sur le long terme ne peut se faire qu’en étant un modèle d’équilibre. Encore faut-il exercer son autorité avant tout sur soi-même.

 

« On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre. » Galilée

 

Prendre soin de soi pour garder sa personnalité

Le pouvoir, sinon le leadership, s’observe avant tout dans la relation à l’autre. Mais on oublie qu’il repose aussi sur la relation à soi ! Ce sujet pourtant important est rarement évoqué. Si le leader au sens large n’est pas vigilant, il peut parfois être victime du syndrome d’hubris : sa personnalité change et tend au narcissisme, à l’arrogance, à l’addiction quand ce n’est pas à la mégalomanie. En effet, être mis sur un piédestal peut entraîner des modifications de l’équilibre chimique dans le cerveau. Mais le sachant, il ne reste plus qu’à adopter certains comportements pour mettre au cœur de son leadership l’exemplarité. Comment ? En premier lieu en prenant soin de son esprit ET de son corps.

Pratiquer une discipline régulière (artistique, sportive, bénévole, …) permet de s’extraire du rythme quotidien soutenu, de renforcer sa souplesse, sa force et ses capacités mentales. Au-delà, il s’agit aussi de prendre du recul pour mieux s’auto-évaluer, clarifier ses pensées et ne pas sombrer dans la solitude du dirigeant par exemple, sinon l’orgueil excessif et ses travers.

 

« Tout pouvoir sans contrôle rend fou ». Alain

 

Oui, mais comment concrètement ?

Pour donner envie, encore faut-il être capable d’être source d’inspiration. C’est ce qu’on attend de tout leader, qu’il soit politique, dirigeant d’entreprise, influenceur, … Mais pour rassembler les gens autour d’une vision commune et pouvoir les guider, cela demande d’être… inspiré. Et cette inspiration ne tombe pas du ciel ! Elle demande à être considérée avec subtilité. Elle s’invite dans la tête du leader s’il sait dégager du temps pour elle. Rêver, prendre le temps, faire un pas de côté s’apprend. Il s’agit de s’y autoriser. Se créer un agenda qui respecte ses valeurs, ses désirs, ses priorités est essentiel. Savoir déléguer, demander de l’aide quand on en a besoin, apprendre à dire non et supprimer ce qui n’apporte aucune satisfaction fait partie des habitudes des grands leaders. Cela libère le temps nécessaire pour parfaire l’excellence à laquelle tous aspirent et qui comprend le fait : de saisir les opportunités, d’être créateur de lien, de savoir bien gérer son stress, de garder la capacité à garder le focus sur ses missions. Le mix sport plusieurs fois par semaine – nutrition équilibrée et saine – sommeil suffisant et réparateur est une des clés pour passer de leader à leader éclairé.

 

« Vous devez vous aimer et prendre soin de vous, car c’est alors que le meilleur sort ». Tina Turner

 

Devenir un leader éveilleur de conscience

Prendre soin de soi est donc le point de départ pour déployer son plein potentiel et avoir un impact sociétal fort. En étant responsable de son bien-être global, on renforce la confiance en soi, qui est la base de tout leadership. On exerce une influence positive qui incite à l’adhésion des collaborateurs, motive, favorise l’agilité pour s’adapter à des situations changeantes en permanence. Tout ceci contribue à mieux accompagner le changement. Pour ce faire, le leader connaît ses forces et ses limites, sait décrypter ses émotions et les utiliser à bon escient, fait preuve d’empathie et de bon sens. Il devient un bâtisseur de confiance parce qu’il sait exprimer le Soi, mais jamais aux dépens des autres. Il entre alors dans la partie jaune de la spirale dynamique sur laquelle je m’appuie longuement dans mon livre « Reenchantez le travail, c’est possible ! » : l’être humain entre alors dans un système qui lui permet d ‘être fonctionnel par l’indépendance et le savoir. Si bien qu’il peut devenir un leader complètement apte à renforcer la coopération et l’efficacité, tout en étant engagé avec passion, vision et raison. Puis de s’ouvrir à une nouvelle étape de croissance personnelle, où la gestion de la complexité sera balayée à son tour par l’évidence de l’interdépendance entre les êtres. J’y reviendrai dans un prochain article.

Une réflexion au sujet de « Que signifie être garant de soi quand on est un leader ? »

  1. Merci beaucoup Isabelle pour ce bel article. J’attends avec impatience votre prochain post au sujet de l’interdépendance des êtres. Dans les valeurs qui me tiennent à cœur, le Ensemble, l’Unité par cette interconnexion qui est une réalité démontrée scientifiquement vient bouleverser nos croyances profondes et apportent des solutions innovantes aux problèmes actuels mérite vraiment il me semble, d’être de plus en connue du grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *