Pourquoi l’interdépendance ACTIVE n’est plus une option ?

Notre monde est un enchevêtrement d’entrelacements. Il est de plus en plus nécessaire de sortir une loupe pour se trouver, se retrouver, savoir quelle action appropriée choisir, pour soi, pour sa communauté ou son entreprise et pour l’humanité toute entière. Nous sommes plongés dans un tournant, acculés à devoir réagir face aux crises, au réchauffement climatique et à l’ancien monde qui laisse la place à un nouveau aux contours flous. C’est donc sans appel : nous devons embrasser… l’interdépendance active.  

« Chercher à privilégier son propre pays par rapport aux autres est devenu une pratique dangereuse : il faut au contraire réfléchir à un niveau global, le niveau de l’humanité tout entière, et développer ce que j’appellerais un « sens des responsabilités universel. » Dalai Lama

Tout est interdépendant

Je pense d’une certaine manière. Ma carte mentale et ma représentation des choses orientent mes actions. Je pose un acte. Il entraîne une conséquence et rejaillit sur une ou plusieurs personnes. Cela conditionne le futur. C’est un fait. Toute expérience ou connaissance dépend de quelque chose (à ne pas confondre avec la dépendance). Cela s’appelle l’interdépendance, que la mondialisation a accentuée pour nous mener à un point de non retour. Les frontières, comme les êtres, sont devenus perméables aux influences venues de toute part. L’interdépendance comprend une multitude d’interactions au sein d’un réseau et d’écosystèmes multidimensionnels et interconnectés. Etourdissant ? Oui et non… Nous ne sommes pas seuls ! Et nos actes ont un impact qui nous entraîne dans un cercle vertueux… ou vicieux. Le sachant, autant choisir l’option positive et constructive, non ? D’où l’intérêt d’être garant de soi en tant qu’individu, dirigeant, leader,… Puisque notre responsabilité individuelle et collective en découle…

« Nous n’avons plus affaire à une petite élite dont nous comprenons clairement les agissements. C’est un vaste monde, dont nous sentons bien qu’il est interdépendant. Nous vivons dans une interconnectivité comme jamais encore il n’en a existé. » Stéphane Hessel

Eloge de la pensée intégrale

L’interdépendance a toujours existé, c’est vrai. Mais aujourd’hui elle a donc franchi un nouveau seuil de complexité. Qui me rappelle la pensée complexe d’Edgar Morin, en référence au mot latin complexus, qui signifie qui est tissé ensemble. Effectivement, ne devons-nous pas faire avec les autres ET le changement, co-créer, embrasser l’interdisciplinarité, opter pour sauter à pieds joints dans cette complexité ? ET aussi entrer de plain-pied dans la pensée intégrale ? Ken Wilber et Don Beck ont modélisé chacun à leur manière via la Spirale Dynamique et les 4 quadrants, une approche qui interroge la capacité des individus à tisser cette fois entre le visible et l’invisible. Elle montre à quel point c’est un art de manier une paire de lunettes à 4 dimensions entre soi et soi, soi et les autres, ce que je vois et comment je le perçois. Pour celle ou celui qui y parvient, il goûte alors à un regard plus riche dans lequel il ou elle admet sa subjectivité et sa grille de lecture, parfois psychologique, sociologique ou liée aux sciences dites dures.  Cela nous entraîne bien au-delà du niveau de conscience auquel nos connaissances dites scientifiques – actuelles – pourraient nous limiter si nous n’y prenons pas garde.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Interdependance-active-isabelle-deprez-1024x699-min-1024x699.jpg.

« Aucun de nous n’est complet en lui seul ». Virginia Wolf

Eloge de la pleine conscience

Mondialisation, globalisation, vitesse, connexions, réseaux… Ces mots ont tendance à nous disperser et nous essouffler. Mais si, tout simplement, nous revenions au point de départ, au pouvoir de notre mental, créateur de notre monde ? Nos expériences, conditionnées par nos projections, peuvent nous faire tourner en boucle, nous faire perdre de vue l’essentiel, nos objectifs, notre point d’équilibre, notre bon sens. Heureusement, il existe non pas une multitude de recettes mais une seule voie pour activer le cercle vertueux de l’interdépendance  active : l’observation de nous-même. Changer de paradigme nous entraîne alors dans une posture d’ouverture et d’éveil où nous n’avons plus envie de nous dérober face à nos responsabilités puisqu’il devient possible de dépasser nos peurs au profit d’une confiance dans le système, dans les autres, et surtout en soi. Si bien que le NOUS l’emporte sur le JE, source de promesse, de renouvellement et d’espoir dans un monde qui en manque cruellement.

Et peut-être pourrons-nous alors ouvrir encore plus largement notre grille de lecture :  considérer que le Nous dans son acception « soi et les autres » nous mène beaucoup plus loin que ce à quoi notre pensée première réduit le Soi et aussi l’Autre. A méditer donc…

« Chacun de nous a appris les gloires de l’indépendance. Que chacun de nous apprenne les gloires de l’interdépendance ». Franklin Roosevelt

  • Pour les entreprises et collectifs en désir de transformation, une lecture de mon ouvrage Réenchanter le travail, c’est possible !s’impose. Il aborde quelques-unes de ces grilles de décryptage et permet la transformation en mode agile, sur le plan humain et organisationnel. J’y ai développé également pour chacun d’entre vous, un chemin de développement personnel afin de retrouver son pourvoir d’agir. Tellement utile dans la complexité !
  • A titre individuel, afin de réactiver son désir de comprendre comment « mieux voir de l’intérieur vers l’extérieur », je vous invite à visionner le documentaire islandais Innsaei, puis expérimentez et relisez l’ouvrage autant de fois que nécessaire.

Je vous souhaite à tous et toutes, organisations, femmes et hommes, le meilleur sur ce chemin d’interdépendance ACTIVE !

Sortie livre : Réenchanter le travail, c’est possible ! d’Isabelle Deprez

Avec l’émergence de nouvelles communautés professionnelles et les multiples opportunités offertes par les innovations technoscientifiques, le monde du travail est en pleine mutation. En France, tout particulièrement, les aspirations individuelles en entreprise se heurtent à un monde du travail encore rigide… avec, à la clé, mal être et désenchantement.

En publiant Réenchanter le travail, c’est possible ! Isabelle Deprez fait le pari de réintroduire qualité de vie et bonheur dans les entreprises. Elle signe aussi un guide précieux pour se saisir de son propre bien-être au travail.

Réenchanter le travail, c’est possible ! Un guide pour les managers et les dirigeants
Dans son nouveau livre, Isabelle Deprez revisite les croyances qui entourent le travail et explore les travaux de recherche et les parcours d’entreprises précurseurs pour élaborer une méthodologie inédite du changement. L’ouvrage, qui compte 174 pages, détaille ainsi à la fois le contexte, les causes et les leviers d’action du réenchantement du travail.

Réenchanter le travail, c’est possible ! est disponible en deux formats : broché, au prix de 19 euros, et numérique, au prix de 12,99 euros. Il est vendu sur Amazon, à la Fnac, chez BoD, et à la librairie Place Ronde, à Lille.

En m’appuyant sur de nombreux témoignages, sur des travaux de recherche, sur mon expertise et mon vécu de coach, formatrice et dirigeante, je dessine une voie positive permettant un véritable passage à l’action.

Une démarche solide et originale
Isabelle Deprez ne surfe pas sur les tendances. Elle a travaillé pendant quinze ans en tant que dirigeante dans le secteur privé et public avant de se tourner vers le coaching. Cette expérience de terrain, de laquelle elle tire réflexions, expérimentations et inspiration, lui a permis de gagner la confiance de ses interlocuteurs.

Les formations et séances de coaching qu’Isabelle assure l’ont fait réfléchir sur la problématique du bien-être au travail. Cela lui a donné l’envie de décoder le monde de l’entreprise et de réaliser des recherches, afin de mettre au point ses propres méthodes pour aider dirigeants et managers à passer à l’action.

Ces outils, Isabelle les partage lors de ses formations. En se tournant vers l’écriture, elle souhaite toucher un plus large public, et donner à ses lecteurs des solutions aux problèmes émergents des entreprises.

Une méthode exclusive de conduite du changement en entreprise
Dans Réenchanter le travail, c’est possible !, Isabelle Deprez présente une méthodologie inédite de changement baptisée IACG©, pour Intégrale, Appréciative, Coach et Grow.

Intégrale. Pour adopter la vision la plus large possible, on recourt à la spirale dynamique et au quadrant des quatre regards
Appréciative. La démarche appréciative vise à identifier et à s’appuyer sur les facteurs de réussite
Coach. L’action du manager occupe quatre champs : relations humaines, développement professionnel, organisation du travail, et posture de coach. Isabelle propose « Dix commandements » permettant de mettre en place cette action
Grow. Le but est de passer du rôle de réalisateur à celui de développeur, attaché à la croissance des compétences de ses collaborateurs, grâce à la méthode GROW

Des clés pour passer à l’action
Isabelle Deprez donne à ses lecteurs des outils concrets pour aller vers le réenchantement. L’ouvrage contient deux études de cas en entreprise et sept exercices permettant de mettre en œuvre ses conseils, pour soi-même ou ses équipes. L’auteure pousse également ses lecteurs à consigner leurs avancées à la fin de chaque partie, en faisant le point sur les questions et idées qu’aura fait naître la lecture. Elle les invite par ailleurs à lui adresser commentaires, suggestions et retours d’expérience sur son blog.

Ce blog propose un outil d’autodiagnostic destiné aux managers, RH et dirigeants, qui leur permettra de faire l’état des lieux de leur entreprise. Enfin, ceux qui souhaitent aller encore plus loin et approfondir certains aspects pourront aller puiser dans la solide bibliographie fournie en fin d’ouvrage et consulter travaux de recherche, livres, articles et émissions.

À propos d’Isabelle Deprez
Isabelle Deprez, diplômée d’un MBA à HEC, a exercé le métier de dirigeante, tout d’abord dans le secteur public puis dans le privé. Son regard et sa forte sensibilité l’ont amenée à s’intéresser tout particulièrement aux défis humains des organisations.

Entrepreneure dans l’âme, elle a ainsi décidé de repousser les murs et d’expérimenter en entreprise en devenant coach certifiée, formatrice et conférencière. Elle construit les processus de transformation et partage ses découvertes dans ses ouvrages, conférences, vidéos et articles.

Isabelle intervient à l’ENA, à ESCP Europe et à l’IESEG, ainsi qu’en entreprise et institution. Avant de publier Réenchanter le travail, c’est possible !, elle a signé deux ouvrages : La femme expliquée à nos amis les hommes. Pourquoi faut-il le faire maintenant ?, et Atteignez votre NirNana professionnel. 7 marches et 23 exercices pour vous accomplir au travail, écrit à quatre mains avec Martine Payot.

Pour en savoir plus

Acheter le livre : Amazon

Contact presse : Isabelle Deprez   -   E-mail : isabelle@isabelledeprez.fr

REVUE DE PRESSE 

 

Réussir et être heureux, c’est possible ! Dans toutes formes d’activités.

Réussir et être heureux, c'est possible ! Dans toutes formes d'activités.

Vous en doutez ? Lancez-vous dans la lecture de biographies de personnes qui ont rencontré le succès ET le bonheur. Ils existent et ils sont nombreux : entrepreneurs, artistes, politiques, scientifiques, écrivains… Rien de tel pour trouver l’inspiration et se dire « pourquoi pas moi ! » en laissant de côté, une bonne fois pour toutes, ses croyances limitantes.

 

« Tout le monde est maître dans un domaine ». Proverbe chinois

Le cerveau en mode positif

Les neurosciences l’ont démontré : ce n’est pas forcément la réalité qui nous faits tels que nous sommes mais l’objectif par lequel notre cerveau voit le monde qui fait notre réalité. La psychologie positive a révolutionné notre approche judéo-chrétienne qui avait une fâcheuse tendance à écraser notre potentiel. La vie nous veut du bien et il incombe à chacun d’y croire et de s’en persuader en modifiant nos pensées négatives. Votre voix intérieure résiste encore ? Plongez-vous dans la lecture des livres de Marianne Williamson. « La réussite est la chose la plus naturelle du monde », ne cesse-t-elle de marteler pour que nos esprits s’en imprègnent.

Une fois convaincus de ce postulat, l’état interne et émotionnel se modifie pour accueillir toutes les possibilités qui s’offrent à soi.

« Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie ». Sénèque

Faire une activité qui fait sens pour soi

Qui suis-je ? Quelles sont mes forces ? Dans quoi ai-je des facilités et du plaisir ? … Ce genre de questions permet de redéfinir sa carte mentale pour mieux orienter ses choix. Et ne pas faire partie des 80% de personnes qui se disent non satisfaites au travail ! Cherchez, tentez, actionnez car si l’introspection est nécessaire, elle n’est pas suffisante. Encore faut-il expérimenter, ajuster, se tromper, ressayer. Jusqu’à trouver ce qui fonctionne pour soi, rend heureux et performant. Puis voyez grand, même si cela fait peur. Cela ne doit surtout pas nous empêcher de commencer.

« Comportez-vous comme si vous étiez heureux, et vous le serez ». Richard Wiseman

Ce sont les outsiders qui réenchantent le travail

Créer un monde où chacun a une raison d’être, avoir le sentiment qu’on fait partie de quelque chose de plus grand que soi, n’est-ce pas enthousiasmant ? Chacun d’entre nous peut devenir un outsider, en cassant les codes, en adoptant une posture propice au bien-être. La dopamine, cette hormone qui rend heureux, inonde notre système quand on est positif. Elle met en route les fonctions d’apprentissage et permet de s’adapter au monde d’une façon différente. Selon le MIT, un salarié heureux est deux fois moins malade, six fois moins absent, 31% plus productif et 55% plus créatif. Les conditions sont ainsi réunies pour faire un pas de côté et innover. Et si pensez positif vous semble difficile, testez la méditation. Elle permet au cerveau de se débarrasser de l’hyperactivité culturelle que nous avons créée en essayant d’effectuer plusieurs tâches à la fois. En bref, concentrez-vous sur un projet à la fois qui vous fait vibrer, lisez, laissez infuser et accueillez le bonheur, il vous tend les bras !

Pour plus d’informations sur le sujet, découvrez mon livre Réenchanter le travail, c’est possible !

 

Isabelle-Deprez-coach-management-formationISABELLE DEPREZ

Je m’appelle Isabelle Deprez. Je suis coach et passionnée par le développement de vos talents.
Experte de l’entreprise en transformation (ou qui se questionne), j’y interviens aussi en conférence et en formation. L’innovation est dans mon ADN, et la méthode également ! J’écris afin de mettre noir sur blanc mes réflexions et découvertes , mon 3ème ouvrage traite du Réenchantement du Travail et de votre Epanouissement. Il ne tient qu’à vous 🙂

Comment être acteur de son bien-être au travail ?

Tension au travail, malentendus, fatigue nerveuse, baisse de concentration et de motivation, impression d’isolement et j’en passe. Tant de maux ont pris de l’ampleur ces dernières années dans les entreprises. La considération des RPS (Risques PsychoSociaux) est alors devenue un enjeu sociétal dans le domaine de la santé au travail. Dans un tel contexte, comment faire pour que la sécurité, la confiance et la reconnaissance deviennent aussi prioritaires que la rentabilité ? Pistes de réflexion.

 

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être.

Mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre ».

Marc Aurèle

Des responsabilités partagées

Même si la politique de qualité de vie au travail passe par davantage de leadership et de communication de la part des directions, il s’agit aussi de créer les conditions pragmatiques pour que les gens créent eux-mêmes leur bonheur. Un bonheur bien sûr au service de la performance, seulement pas à n’importe quel prix ! Le plus terrible pour un collaborateur ? Avoir l’impression d’être un pion interchangeable ou un objet qu’on peut déplacer. Mais ce sujet est l’affaire de tous. Si le dirigeant a la responsabilité de favoriser un environnement agréable, avec des horaires souples, ou la création d’événements participatifs par exemple, ils doivent aussi outiller les managers intermédiaires et mettre l’accent sur le renforcement des propres ressources de l’individu(*). Et chacun, à son poste, doit veiller à une certaine assertivité. Même si exprimer ses attentes et ses besoins, demander de l’aide, ou anticiper un burn out en détectant un hyper-investissement n’est pas forcément naturel. Surtout quand nos croyances et nos représentations sont tenaces ! Heureusement, cela s’apprend ! Prendre du recul, relativiser, identifier ses indicateurs de réussite et gagner en autonomie semble possible. Puisque d’autres ont réussi…

Bienvenue à la philosophie de vie lagom

Lagom ? En suédois, cela signifie « ni trop, ni trop peu, juste assez ». Les pays nordiques sont bien connus pour être des adeptes du bonheur et les suédois vont même jusqu’à tester en ce moment la journée de travail de 6h. Déjà les changements semblent notoires : le personnel est plus heureux, plus productif et plus créatif. Et ce n’est pas tout : fika est aussi le nom de la fameuse pause-café que nous connaissons tous. Seulement en Suède, elle est obligatoire au moins deux fois par jour à heure fixe ! « Des études montrent que les gens qui font des pauses au cours de la journée ne travaillent pas moins. Au contraire, l’efficacité peut être améliorée par ces moments », atteste l’universitaire suédoise Viveka Adelsward. Une piste parmi d’autres pour créer du lien et donner du sens à ses actions dans une atmosphère propice au travail et dans la bonne humeur !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est aventure-feminin-1-1024x683-min-1024x683.jpg.

La France aussi en pleine exploration

Mais pas besoin d’aller jusqu’en Suède pour trouver des expérimentations intéressantes. L’entreprise Nikita, par exemple, a voulu développer son agilité afin de s’adapter aux attentes de la génération Z notamment. « Télétravail, réunions en mode ateliers, projets transversaux sur base de volontariat ont fait partie des premières actions. Nous sommes allés jusqu’ supprimer le middle management. (…). Mais au final, on a opté pour un management personnalisé qui n’est pas dans le contrôle (…). Aujourd’hui, le groupe fonctionne très bien. Le collectif a trouvé un équilibre. Et l’agence aussi », témoigne Valérie Doussinault, DG de cette entreprise basée dans le Nord.

Je vous invite à retrouver d’autres témoignages et bonnes pratiques dans mon dernier livre « Réenchanter le travail, c’est possible ! ».

ISABELLE DEPREZ

Je m’appelle Isabelle Deprez. Je suis coach et passionnée par le développement de vos talents.
Experte de l’entreprise en transformation (ou qui se questionne), j’y interviens aussi en conférence et en formation. L’innovation est dans mon ADN, et la méthode également ! J’écris afin de mettre noir sur blanc mes réflexions et découvertes , mon 3ème ouvrage traite du Réenchantement du Travail et de votre Epanouissement. Il ne tient qu’à vous 🙂

Vous êtes manager, dirigeant ou en charge des Ressources Humaines ? 

Vous désirez évaluer vos pratiques managériales actuelles en regard des attendus managériaux permettant de conjuguer bien-être et performance. Ce court auto-diagnostic vous concerne.

 Je réalise mon AUTO-DIAGNOSTIC. 

Vous désirez sensibiliser ou former vos collaborateurs aux bonnes pratiques managériales permettant de conjuguer bien-être et performance ? 

Je consulte les MOYENS le permettant.

(*) Pour les femmes qui désirent identifier leurs ressources propres, en tenant compte des spécificités de la vie d’une femme, je vous recommande ce manuel d’auto-coaching «  Atteignez votre NirNana professionnel.« .

Esprit entrepreneurial, es-tu là ?

« La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’abandonner les idées anciennes ». Lord Keynes

C’est quoi l’esprit entrepreneurial ?
Si je vous dis indépendance, créativité, pugnacité, optimisme, capacité à la prise risque ? Vous voyez où je veux en venir ? A ce fameux état d’esprit, ce mindset qui fait tant rêver les porteurs de projets, les managers, les milleniums et ceux qui aspirent à réaliser leur rêve professionnel, coûte que coûte. Il est vrai que tout entrepreneur se doit d’avoir ou d’acquérir rapidement ces qualités pour réussir, d’autant plus dans notre société en quête de toujours plus de sécurité, où la paperasse s’entasse et où l’échec est montré du doigt comme à l’époque celui qui portait un bonnet d’âne. Il en faut de l’audace, de la persévérance et une certaine forme de foi, en soi avant tout, pour passer outre tous ces obstacles… particulièrement en France ! Alors comment faire pour l’insuffler ? Donner le goût du mentorat pour développer des aptitudes et habitudes, se confronter à de nouveaux challenges, dans une logique d’open innovation, développer une culture du « test and learn » sont trois leviers pour y parvenir. Sans perdre de vue que tout objectif doit être SMART : Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporels. Bon à savoir : vous n’avez pas besoin d’être une start up pour innover et avoir un impact fort. L’esprit entrepreneurial se cultive aussi bien seul qu’au sein de son entreprise en tant que salarié. L’intrapreneuriat a un bel avenir devant lui !

« C’est créer le talent que de l’encourager ». John Petit-Senn

Quels sont les freins ?
Tous les jours, lors de mes coachings en one to one ou face à un public de salariés, je mesure à quel point le mal-être au travail n’a cessé de croître au fil des années. A qui la faute ? Difficile d’incriminer les uns ou les autres. Mais force est de constater que les grandes organisations peinent à virer de bord dans la tempête. Et ce n’est pas en engageant un Chief Happiness Officer que les choses vont changer par miracle. Installation d’un baby foot par ci, organisation d’un barbecue avec les équipes par-là, sont parmi les avancées largement médiatisées… Mais est-ce vraiment la solution pour réimpliquer les collaborateurs ? Pas sûr ! Car les études que j’ai décryptées dans mon livre Réenchanter le travail, c’est possible ! convergent toutes pour dire que les gens aspirent plus que jamais à un management tourné vers plus de sens, de dialogue, de maîtrise du temps et de capacité d’action. Ils veulent de la qualité – qui ne peut se résumer à ce que mettent en place les CHO – plutôt que de la quantité. Et parfois, une aspiration à une autonomie réelle donne envie de faire le grand saut … dans l’entrepreneuriat. L’enjeu dans le monde du travail actuel est finalement de détourner son regard du statu quo, du management pyramidal et sclérosant, pour embrasser d’autres formes de collaboration que les entreprises qui « libèrent » (surtout les énergies et les talents !) n’hésitent pas à mettre en place. Mais là encore, il y des tentations contre-productives. C’est en menant l’enquête que j’en ai mesuré les contours et effets délétères…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est coaching-manager-potentiel-isabelle-deprez-min-1-1024x776-min-1024x776.jpeg.

« La meilleure façon d’apprendre est de faire ».

Quels sont les facteurs clés du succès ?
Etre conscient que chacun avance en étant tributaire des tiers et de son environnement, ne pas se perdre dans tous les paramètres et revenir à l’essentiel : voici à mon sens trois éléments à ne pas perdre de vue. Mais aussi analyser ses forces, ses points de vigilance personnels et identifier les opportunités qui permettent de s’orienter vers le succès. S’il me fallait ne retenir que deux qualités fondamentales afin de décrire le talent intrapreneurial, j’évoquerai la combativité pour faire avancer ses idées dans un univers, celui de la grande entreprise, où les projets audacieux grignotent les zones de pouvoir établies, et donc se heurtent à des résistances internes parfois très fortes, et une saine patience stratégique, celle du renard, afin de ne pas s’épuiser psychologiquement. Certaines organisations répondent à ces défis en créant des « Labs » où les intrapreneurs en herbe peuvent se former, consacrer régulièrement du temps au développement de leurs projets ainsi qu’à leur promotion auprès de sponsors internes. Ce sont des pistes intéressantes. Il sera intéressant de mesurer le taux de mise en œuvre effective des projets proposés, afin d’ajuster si besoin la démarche.
En tant que coach, je ne peux occulter en plus de tous ces points la part de plaisir à alimenter en soi quand on se lance dans un tel projet. C’est bien lui qui donne des indices et guide vers le progrès, la croissance (personnelle et financière) et une forme d’enchantement. Pour plus d’informations sur le sujet : voir mon précédent article.

Voilà quelques pistes à explorer pour que l’esprit entrepreneurial ne reste pas au stade d’une belle idée ! C’est l’un de mes vœux les plus chers : voir se concrétiser et se matérialiser des créations d’entreprises ou des projets dans des entreprises existantes qui redonnent des ailes à toute la sphère professionnelle. Si garante d’épanouissement personnel et collectif pour une société qui va de l’avant. J’y crois. Et vous ?

ISABELLE DEPREZ

Je m’appelle Isabelle Deprez. Je suis coach et passionnée par le développement de vos talents.
Experte de l’entreprise en transformation (ou qui se questionne), j’y interviens aussi en conférence et en formation. L’innovation est dans mon ADN, et la méthode également ! J’écris afin de mettre noir sur blanc mes réflexions et découvertes , mon 3ème ouvrage traite du Réenchantement du Travail et de votre Epanouissement. Il ne tient qu’à vous 🙂