La transformation numérique est d’abord un enjeu stratégique

L’utilisation des technologies numériques crée de nouvelles opportunités génératrices de valeur dans les entreprises. Elle concerne désormais tout individu, tout professionnel, quel que soit son secteur d’activité et quelle que soit la taille de l’organisation. In fine, elle réinvente les business models et bouscule les organisations de travail. Qu’il s’agisse de capitaliser sur les données – les fameuses data – ou d’intégrer les innovations permises par le numérique, le challenge est à la hauteur des enjeux, à la fois immenses, effrayants et excitants. Il s’agit, et tout le monde se voit acculer à l’accepter peu à peu, d’un nouveau saut non seulement technique mais aussi culturel !

Les ruptures technologiques viennent secouer la proposition de valeur qu’il faut réinventer beaucoup plus rapidement qu’avant.” Michel Jumeau, Chief Marketing and Digital Officer chez Orange


Années 2000, le virage numérique où tout devient possible

Dès les années 2000, site internet, usage des e-mails, plateforme client dématérialisée, outils de partage en interne se multiplient, posant les premiers jalons de ce que l’on appelle la digitalisation des entreprises. Les repères sont cassés, le numérique bouscule les codes pour imaginer le futur.
De nouveaux acteurs à l’esprit pionnier, poussés par l’émergence de technologies numériques, se lancent à l’assaut de marchés bien établis. Ils repensent les moyens d’accéder plus vite, de manière plus ciblée et plus adaptée, aux clients d’acteurs majeurs. On peut même dire qu‘ils exercent une concurrence directe et déstabilisante sur les marchés traditionnels.

Les entreprises sont alors contraintes de réagir en transformant leurs organisations. Mais l’exercice est loin d’être aisé pour certaines d’entre elles, bien installées dans un ronron quotidien. La mue œuvre donc plus ou moins vite et dessine les premiers chantiers de transformation digitale pour les plus agiles.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est transformation-numerique-stratégie-isabelle-deprez-min.jpg.

Résistances au changement, ça grince
Les raisons sont multiples : équipes mal préparées et/ou sensibilisées, résistances métiers et humaines, culture managériale inadaptée ou stratégie business non dépoussiérée en amont. L’implémentation technique a précédé la réflexion stratégique dans de nombreuses entreprises. Le pilotage du projet a été confié naturellement au pôle technique de l’organisation en cohérence avec cette vision partielle de la transformation numérique. Le soutien du Comex, pas toujours au clair sur les multiples impacts internes, n’a souvent pas été à la hauteur des défis internes. Comme dans tout changement, les apprentissages se font au fil de l’eau. Mais heureusement, l’arrivée de CDO  ‘Chief Digital Officer ‘ ou la création de ‘Digital Factory’ relayés par des ‘Digital Champions’ dans les grandes structures est le signe d’une nouvelle impulsion donnée à ce chantier d’envergure. Ouf !

« Dans le nouveau monde, ce n’est pas le gros poisson qui mange le petit ; c’est le plus rapide qui mange le plus lent », Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial

Digitalisation en 2019, que faire quand on est dirigeant ?

Parce qu’elles doivent arbitrer face aux nombreux challenges de cette transformation, les équipes doivent plus que jamais, en 2019, avoir un cap. Une ambition business est donc fondamentale pour faire converger les énergies. Mais c’est encore insuffisant. En tant que dirigeant, vous jouez un rôle clé. Vous êtes attendu sur votre capacité à brosser un chemin qui mobilise toutes les énergies. Vos équipes sont en demande. Elles aspirent à une stratégie à la fois ambitieuse, claire et réaliste. Donner du sens dans le changement est fondamental pour qu’elles adhèrent sans réserve. Pour ce faire, votre confiance en leurs talents et en leurs capacités d‘adaptation est la base. Si vous faites preuve d’attention à l‘humain et à sa vulnérabilité  – j’insiste sur cet aspect crucial –  vous pouvez être sûr que vos collaborateurs, à tous les niveaux, vous soutiendront dans le décloisonnement de l’entreprise. Tout simplement parce qu’ils ont conscience, avec l’accélération des expériences, usages et process à tous niveaux, qu’un nouveau style de « commandement » est nécessaire pour perdurer dans les années à venir.
C’est un constat sans appel : les pratiques du 20ème siècle sont inadaptées, dans un contexte turbulent où l’incertitude et l’erreur font désormais parties des variables de l’équation managériale. La vision purement analytique et le découpage d’une activité en tâches ont vécu. Le séquencement et la planification aussi.

« Quand on conçoit un algorithme, on doit élaborer des hypothèses, il faut minimiser les biais, on est confronté à des choix en permanence », Aurélie Jean, Docteur en sciences de l’information et entrepreneuse

Enfin à l’heure des questionnements éthiques de plus en plus nombreux, questionner et rassurer sur la raison d’être de l’entreprise est non seulement fondamental, mais vital au sens propre. Car le risque est grand de voir vos collaborateurs les plus talentueux et vos clients aussi … tout simplement…claquer la porte !

Je développerai prochainement tous ces aspects dans un cours en ligne. Merci le numérique 😉 !

Abonnez-vous à ma newsletter afin d’en être informé.

Isabelle Deprez

Diplômée du Mba d’HEC et d’un master à ESCP Europe (RH et Diriger & Motiver),  Isabelle Deprez est parfaitement à l’aise sur les problématiques comportementales mais aussi stratégiques et business. Elle a été cadre dans le secteur public puis privé, dirigeante d’entreprise puis de fédération professionnelle.

Elle déploie son expertise, largement reconnue, sur 3 champs :

  • Le leadership et la transformation des comportements managériaux
  • Le développement des talents féminins
  • La transformation du travail

Comment réussir ses échecs ;)

 

Mettre en perspective et tirer les enseignements de ses erreurs comme de ses réussites devient une nécessité dans le monde VUCA (Volatile, Uncertain, Complex, Ambiguous). Qu’est-ce que cela m’apprend et me permet pour la suite ? Qu’est-ce que cela dit de moi ? Avec qui décoder pour avoir les feedbacks les plus justes ? Réponses dans ce second article du mois.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mars61-min-1.jpg.

« Je vous dirais que je n’ai jamais eu d’échecs dans ma vie. Il n’y a pas eu d’échec. Il y a eu des leçons épouvantables ». Oprah Winfrey

L’échec, un mal pour un bien

Souvent, quand on estime avoir échoué, suite à une critique, un refus, ou un jugement envers soi-même, on tend à sur-interpréter le soi-disant échec. A tomber dans le biais de la négativité, une tendance naturelle de notre cerveau très doué pour mettre la loupe sur nos défauts ou nos faiblesses. Alors bonjour la baisse de l’estime de soi, les émotions qui vont de la colère à la tristesse, au regret ou à la culpabilité quand ce n’est pas jusqu’à la honte. Si bien qu’il devient facile de…renoncer. Ce qui serait bien dommage. Car faire des erreurs est une forme inestimable d’apprentissage, d’expérimentation et de prise de risque. Certes, cela passe par une forme de douleur passagère. Mais elle est salvatrice si on sait en tirer les leçons pour progresser, changer d’angle, prendre du recul et surtout, relativiser. Vous avez peut-être raté, mais vous êtes vivant et l’essentiel, c’est d’avancer. Jusqu’à réussir ses échecs !

« Les erreurs sont les portes de la découverte. » James Joyce

L’échec ou le début de la réussite

C’est dur d’échouer. Mais n’est-ce pas pire de faire du sur place ? De ne rien tenter ? De vivre à moitié ? Combien de fois ceux qui ont connu la réussite ont été obligés de faire le constat de leurs échecs multiples ? Et en quoi peuvent-ils nous inspirer ? Principalement parce qu’ils ou elles ont accepté de ne pas être… parfaits. Exit donc le perfectionnisme, cette quête insensée vers quelque chose qui n’existe pas en ce bas monde. En acceptant la situation, on met toutes les chances de son côté pour mieux nous connaître, développer notre savoir-faire et notre savoir-être. De cette manière, on apprend à valoriser l’expérience, à rebondir, à devenir résilient. Voilà vers quoi peut mener un bon échec !

« Seuls ceux qui prennent le risque d’échouer spectaculairement réussiront brillamment. » Robert Kennedy

Célébrer l’échec

Connaissez-vous les Fuck up nights qui connaissent un succès croissant dans le monde entier ? Ou encore les failed con comme celle organisée prochainement à Londres ? Ces événements sont la preuve que les échecs font partie du chemin et qu’il est même utile de…les célébrer ! Eh oui, il semblerait que la société soit enfin prête à utiliser cette énergie pour la transformer en quelque chose d’utile (il en existe même en France). Par l’humour ou encore la gratitude, on développe sa capacité à être plus agile, à forger son mental pour mieux encaisser les hauts et les bas et les retournements de l’existence et de la vie professionnelle. Célébrer un échec est propice à créer du lien, à développer un regard positif. Et quand, seul, on n’y arrive pas, un coach ou un mentor peuvent faciliter les choses. Pour permettre de changer d’angle, de ne pas s’auto-flageller, et surtout, de passer à autre chose plus rapidement. Mais aussi afin de mettre le focus sur des pensées constructives qui précèdent les actes. De préparer le terrain pour accueillir la réussite, qui, tôt ou tard, se présentera, pour vous remercier d’avoir persévéré.

Isabelle Deprez

Envie de faire le point sur vous et votre parcours, un petit tour par ICI n’est pas inutile 🙂

Sortie livre : Réenchanter le travail, c’est possible ! d’Isabelle Deprez

Avec l’émergence de nouvelles communautés professionnelles et les multiples opportunités offertes par les innovations technoscientifiques, le monde du travail est en pleine mutation. En France, tout particulièrement, les aspirations individuelles en entreprise se heurtent à un monde du travail encore rigide… avec, à la clé, mal être et désenchantement.

En publiant Réenchanter le travail, c’est possible ! Isabelle Deprez fait le pari de réintroduire qualité de vie et bonheur dans les entreprises. Elle signe aussi un guide précieux pour se saisir de son propre bien-être au travail.

Réenchanter le travail, c’est possible ! Un guide pour les managers et les dirigeants
Dans son nouveau livre, Isabelle Deprez revisite les croyances qui entourent le travail et explore les travaux de recherche et les parcours d’entreprises précurseurs pour élaborer une méthodologie inédite du changement. L’ouvrage, qui compte 174 pages, détaille ainsi à la fois le contexte, les causes et les leviers d’action du réenchantement du travail.

Réenchanter le travail, c’est possible ! est disponible en deux formats : broché, au prix de 19 euros, et numérique, au prix de 12,99 euros. Il est vendu sur Amazon, à la Fnac, chez BoD, et à la librairie Place Ronde, à Lille.

En m’appuyant sur de nombreux témoignages, sur des travaux de recherche, sur mon expertise et mon vécu de coach, formatrice et dirigeante, je dessine une voie positive permettant un véritable passage à l’action.

Une démarche solide et originale
Isabelle Deprez ne surfe pas sur les tendances. Elle a travaillé pendant quinze ans en tant que dirigeante dans le secteur privé et public avant de se tourner vers le coaching. Cette expérience de terrain, de laquelle elle tire réflexions, expérimentations et inspiration, lui a permis de gagner la confiance de ses interlocuteurs.

Les formations et séances de coaching qu’Isabelle assure l’ont fait réfléchir sur la problématique du bien-être au travail. Cela lui a donné l’envie de décoder le monde de l’entreprise et de réaliser des recherches, afin de mettre au point ses propres méthodes pour aider dirigeants et managers à passer à l’action.

Ces outils, Isabelle les partage lors de ses formations. En se tournant vers l’écriture, elle souhaite toucher un plus large public, et donner à ses lecteurs des solutions aux problèmes émergents des entreprises.

Une méthode exclusive de conduite du changement en entreprise
Dans Réenchanter le travail, c’est possible !, Isabelle Deprez présente une méthodologie inédite de changement baptisée IACG©, pour Intégrale, Appréciative, Coach et Grow.

Intégrale. Pour adopter la vision la plus large possible, on recourt à la spirale dynamique et au quadrant des quatre regards
Appréciative. La démarche appréciative vise à identifier et à s’appuyer sur les facteurs de réussite
Coach. L’action du manager occupe quatre champs : relations humaines, développement professionnel, organisation du travail, et posture de coach. Isabelle propose « Dix commandements » permettant de mettre en place cette action
Grow. Le but est de passer du rôle de réalisateur à celui de développeur, attaché à la croissance des compétences de ses collaborateurs, grâce à la méthode GROW

Des clés pour passer à l’action
Isabelle Deprez donne à ses lecteurs des outils concrets pour aller vers le réenchantement. L’ouvrage contient deux études de cas en entreprise et sept exercices permettant de mettre en œuvre ses conseils, pour soi-même ou ses équipes. L’auteure pousse également ses lecteurs à consigner leurs avancées à la fin de chaque partie, en faisant le point sur les questions et idées qu’aura fait naître la lecture. Elle les invite par ailleurs à lui adresser commentaires, suggestions et retours d’expérience sur son blog.

Ce blog propose un outil d’autodiagnostic destiné aux managers, RH et dirigeants, qui leur permettra de faire l’état des lieux de leur entreprise. Enfin, ceux qui souhaitent aller encore plus loin et approfondir certains aspects pourront aller puiser dans la solide bibliographie fournie en fin d’ouvrage et consulter travaux de recherche, livres, articles et émissions.

À propos d’Isabelle Deprez
Isabelle Deprez, diplômée d’un MBA à HEC, a exercé le métier de dirigeante, tout d’abord dans le secteur public puis dans le privé. Son regard et sa forte sensibilité l’ont amenée à s’intéresser tout particulièrement aux défis humains des organisations.

Entrepreneure dans l’âme, elle a ainsi décidé de repousser les murs et d’expérimenter en entreprise en devenant coach certifiée, formatrice et conférencière. Elle construit les processus de transformation et partage ses découvertes dans ses ouvrages, conférences, vidéos et articles.

Isabelle intervient à l’ENA, à ESCP Europe et à l’IESEG, ainsi qu’en entreprise et institution. Avant de publier Réenchanter le travail, c’est possible !, elle a signé deux ouvrages : La femme expliquée à nos amis les hommes. Pourquoi faut-il le faire maintenant ?, et Atteignez votre NirNana professionnel. 7 marches et 23 exercices pour vous accomplir au travail, écrit à quatre mains avec Martine Payot.

Pour en savoir plus

Acheter le livre : Amazon

Contact presse : Isabelle Deprez   -   E-mail : isabelle@isabelledeprez.fr

REVUE DE PRESSE 

 

Réussir et être heureux, c’est possible ! Dans toutes formes d’activités.

Réussir et être heureux, c'est possible ! Dans toutes formes d'activités.

Vous en doutez ? Lancez-vous dans la lecture de biographies de personnes qui ont rencontré le succès ET le bonheur. Ils existent et ils sont nombreux : entrepreneurs, artistes, politiques, scientifiques, écrivains… Rien de tel pour trouver l’inspiration et se dire « pourquoi pas moi ! » en laissant de côté, une bonne fois pour toutes, ses croyances limitantes.

 

« Tout le monde est maître dans un domaine ». Proverbe chinois

Le cerveau en mode positif

Les neurosciences l’ont démontré : ce n’est pas forcément la réalité qui nous faits tels que nous sommes mais l’objectif par lequel notre cerveau voit le monde qui fait notre réalité. La psychologie positive a révolutionné notre approche judéo-chrétienne qui avait une fâcheuse tendance à écraser notre potentiel. La vie nous veut du bien et il incombe à chacun d’y croire et de s’en persuader en modifiant nos pensées négatives. Votre voix intérieure résiste encore ? Plongez-vous dans la lecture des livres de Marianne Williamson. « La réussite est la chose la plus naturelle du monde », ne cesse-t-elle de marteler pour que nos esprits s’en imprègnent.

Une fois convaincus de ce postulat, l’état interne et émotionnel se modifie pour accueillir toutes les possibilités qui s’offrent à soi.

« Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie ». Sénèque

Faire une activité qui fait sens pour soi

Qui suis-je ? Quelles sont mes forces ? Dans quoi ai-je des facilités et du plaisir ? … Ce genre de questions permet de redéfinir sa carte mentale pour mieux orienter ses choix. Et ne pas faire partie des 80% de personnes qui se disent non satisfaites au travail ! Cherchez, tentez, actionnez car si l’introspection est nécessaire, elle n’est pas suffisante. Encore faut-il expérimenter, ajuster, se tromper, ressayer. Jusqu’à trouver ce qui fonctionne pour soi, rend heureux et performant. Puis voyez grand, même si cela fait peur. Cela ne doit surtout pas nous empêcher de commencer.

« Comportez-vous comme si vous étiez heureux, et vous le serez ». Richard Wiseman

Ce sont les outsiders qui réenchantent le travail

Créer un monde où chacun a une raison d’être, avoir le sentiment qu’on fait partie de quelque chose de plus grand que soi, n’est-ce pas enthousiasmant ? Chacun d’entre nous peut devenir un outsider, en cassant les codes, en adoptant une posture propice au bien-être. La dopamine, cette hormone qui rend heureux, inonde notre système quand on est positif. Elle met en route les fonctions d’apprentissage et permet de s’adapter au monde d’une façon différente. Selon le MIT, un salarié heureux est deux fois moins malade, six fois moins absent, 31% plus productif et 55% plus créatif. Les conditions sont ainsi réunies pour faire un pas de côté et innover. Et si pensez positif vous semble difficile, testez la méditation. Elle permet au cerveau de se débarrasser de l’hyperactivité culturelle que nous avons créée en essayant d’effectuer plusieurs tâches à la fois. En bref, concentrez-vous sur un projet à la fois qui vous fait vibrer, lisez, laissez infuser et accueillez le bonheur, il vous tend les bras !

Pour plus d’informations sur le sujet, découvrez mon livre Réenchanter le travail, c’est possible !

 

Isabelle-Deprez-coach-management-formationISABELLE DEPREZ

Je m’appelle Isabelle Deprez. Je suis coach et passionnée par le développement de vos talents.
Experte de l’entreprise en transformation (ou qui se questionne), j’y interviens aussi en conférence et en formation. L’innovation est dans mon ADN, et la méthode également ! J’écris afin de mettre noir sur blanc mes réflexions et découvertes , mon 3ème ouvrage traite du Réenchantement du Travail et de votre Epanouissement. Il ne tient qu’à vous 🙂

Comment se construit la confiance ?

Le mot confiance semble évident, et pourtant, est-il toujours bien compris, et surtout, bien acquis ? Confiance en soi, confiance en l’autre, n’est-ce pas un des piliers pour construire une vie professionnelle et personnelle solide et riche d’opportunités ? Et comment la cultiver, l’accroître, et au final, donner confiance ? Voilà bien un mot qui fait parler.

« Ne faites pas semblant jusqu’à ce que vous le fassiez. Faites semblant jusqu’à vous le deveniez ! », Amy Cuddy (enseignante à Harvard)

La construction de la confiance, tout un processus

Un manque de confiance en soi et c’est une grande partie de votre potentiel qui vole en éclat. Pourtant, qui ne connaît pas, à un moment ou à un autre, une perte de confiance face à une situation qui insécurise ? Même celui ou celle qui semble sûr de lui en toutes circonstances sait de quoi je parle. A des périodes de la vie, on peut se sentir vaciller, perdre pied, comme le jeune enfant que nous étions et qui ressurgit parfois sans prévenir. Jusqu’à, pour certains, voir leur existence s’appauvrir dans toutes les sphères de leur vie. Car un manque de confiance dans la vie personnelle s’exprime tout autant dans la vie professionnelle. Et inversement. Alors comment avoir la sensation d’être digne de mériter ce que nous recevons de positif, ou d’être assez bien dans sa peau pour accueillir les hauts et les bas? Travailler la confiance prend du temps, c’est certain. Surtout quand elle est déficiente depuis l’enfance. Mais heureusement, elle est mouvante ! Comment ? Par l’action REGULIERE. En devenant bon dans un domaine, voire très bon, pour recevoir de la reconnaissance et vivre des réussites. En se fixant des objectifs atteignables (pour ne pas trop nourrir un sentiment d’insécurité et ne pas casser une dynamique naissante). En enregistrant ses réalisations dans toutes les cellules de son corps. En tombant sept fois mais en se relevant huit. Malgré les échecs inévitables qui font partie du processus. Et alors, une sorte de « Puissance personnelle » surgit, qui part de l’intérieur pour aller vers l’extérieur. Qui entraîne l’individu dans une spirale vertueuse, que je qualifie, dans mon dernier livre, de réenchantement individuel. Cela mène tout droit vers une relation de confiance… avec autrui.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est reussir-manager-coaching-isabelle-deprez-min-1-e1520118135772-1024x956-min-1024x956.jpeg.

« L’attitude est une petite chose qui fait une grande différence ». William Churchill

Inspirer confiance, un défi de chaque instant

Créer un climat de confiance, voilà bien une autre notion à aborder dans cette thématique. La confiance, pour rappel, est quand même la base de notre système économique et social. Entre individus dans la vie privée, entre acteurs d’une entreprise, entre un manager et ses collaborateurs… C’est toujours une même dynamique d’échange qu’il importe de créer. Et qui reste très facile à rompre par un faux-pas, une parole déplacée, un comportement inadapté. Comment faire pour entrer dans une relation de coopération ? Différentes étapes sont à l’œuvre : au début de toute relation, on se regarde, on se juge, on se jauge pour vérifier que la méfiance naturelle n’a pas lieu d’être. Puis l’une ou l’autre décide de passer au-dessus d’une certaine insécurité individuelle pour dévoiler une partie d’elle ou lui dans une confiance… limitée. Il s’agit ensuite de poser des actes et des mots afin de renforcer cette confiance naissante. Cela passe par une attitude mentale et corporelle qui demande une certaine vigilance vis à vis de soi-même. Une fois qu’on prend ce chemin, on entre dans une certaine forme d’empowerment qui donne cette puissance personnelle dont je parlais plus haut. Tellement propice à agir sur les conditions sociales, économiques, politiques ou écologiques auxquelles chacun est confronté. Et en ce qui nous concerne ici plus particulièrement, sur le bien-être au travail. Alors la confiance : un mot à chérir, car il peut vous affaiblir, ou vous mener très loin.

Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à lire mon dernier livre sorti en mars : Réenchantez le travail, c’est possible !

Isabelle-Deprez-coach-management-formation

ISABELLE DEPREZ

Je m’appelle Isabelle Deprez. Je suis coach et passionnée par le développement de vos talents.
Experte de l’entreprise en transformation (ou qui se questionne), j’y interviens aussi en conférence et en formation. L’innovation est dans mon ADN, et la méthode également ! J’écris afin de mettre noir sur blanc mes réflexions et découvertes , mon 3ème ouvrage traite du Réenchantement du Travail et de votre Epanouissement. Il ne tient qu’à vous 🙂