Un point, c’est tout ?

Publié le Publié dans Parité et politique, Pouvoir, Rébellion positive, Transformation positive

Le monde du travail évolue de plus en plus vite et la place qu’y prend la femme reste un challenge. Le labyrinthe d’accès au pouvoir n’est pas un mythe et l’actualité politique récente l’a illustré…à nouveau.

Mais que se passe-t-il donc, pour que, alors qu’hommes et femmes aspirent à coopérer et s’épanouir, des murs solides continuent à cloisonner les parcours des uns et des autres ? Les femmes
sont considérées par leurs collègues comme de meilleures dirigeantes et pourtant seuls quelques strapontins leur sont attribués. Les stéréotypes et les valeurs portés par la société française n’expliquent pas tout. L’appartenance aux bons réseaux, ceux qu’empruntent les prétendants au pouvoir, semblent bien être un filtre qui ne laissent passer que les « adoubés ». Mais selon quels critères ? L’invisible pourrait laisser place au pire : conformisme, affairisme, élitisme porteur d’une vérité unique sous couvert d’une voie initiatique etc. ?

Point de démocratie sur ce chemin, point d’ouverture à la différence si ce n’est dans les mots.

Et en écrivant ces lignes, le point m’apparait comme le symbole de cet état.
Faut-il s’arrêter à ce point ? Est-ce un point d’arrêt, un point qui termine une phrase si belle qui avait enthousiasmé tant de femmes : l’espoir-enfin- de trouver leur juste place, celle largement méritée, celle qui colorait le monde de nouveaux espoirs, celle porteuse d’amour pour les autres et les générations futures?
C’est un point qui interroge et qui bouscule cette espérance.
Un point que nombre d’hommes conscients du risque que cela représente et qui aspirent à un autre monde questionnent eux aussi.

Faudra-t-il effacer- avec brutalité- ce point pour que la phrase et l’espoir puissent s’imprimer à nouveau dans nos cœurs ? Un point c’est tout ?

 

 

Laisser un commentaire