Non classé

Y-a-t’il un truc infaillible ? Carrière de femme…

logo-original CGE

Extrait Grand Angle – Newsletter de la Conférence des Grandes Ecoles – Mars 2012 .

Pouvez-vous nous décrire les caractéristiques du plafond de verre aujourd’hui ? Avez-vous des exemples de femmes qui ont réussi à le briser et y-a-t’il en ce sens une méthode infaillible ? 

 

focus on success magnifying glass

Faut-il encore parler de plafond de verre ? C’est à dire laisser croire que les postes d’entrée et intermédiaires sont accessibles aussi bien aux hommes qu’aux femmes ? 

Ce n’est pas le cas. Une analyse attentive montre en effet que la discrimination se joue à tous les niveaux hiérarchiques.(1) Le terme de « labyrinthe d’accès au pouvoir » est plus approprié et illustre la complexité du parcours qui attend les femmes : concilier vie privée et professionnelle, attentes plus élevées de la part des organisations , réseaux de relations moins importants, moins grand nombre de mentors…et de sponsors, c’est-à-dire d’hommes et de femmes convaincus de la valeur des femmes dans des postes d’encadrement et de direction.

Mais ce frein à la carrière tient aussi aux comportements des femmes :

Difficulté à se mettre en avant, s’affirmer, oser, demander ou négocier pour elles-mêmes. Frein culturel ou découlant  de l’impact sur soi des stéréotypes… Les raisons sont complexes et cumulatives. De nombreuses dirigeantes ou manageures sont également en difficulté lorsqu’il s’agit de projeter une image et une communication en rapport avec leur rôle et statut. Le dilemme de la dirigeante est d’incarner l’autorité tout en restant dans une posture socialement acceptable en tant que femme. Exercer une influence sur ses collaborateurs en posture d’autorité n’est pas aisé et fait appel à trois dimensions : l’influence rationnelle, émotionnelle et symbolique. Affirmer autorité, crédibilité et statut, en mode «  féminin » est un véritable challenge. Les femmes sont aussi particulièrement exposées. Jugées sur leurs tenues, leur conformité aux modèles culturellement acceptés, elles peinent toujours à déployer leurs talents dans la sphère professionnelle ou la vie publique, c’est-à-dire en dehors du champ traditionnel domestique ou associatif. Décoder l’organisation dans laquelle elle évolue, et parfois  devenir « bilingue » sont autant de difficultés que devra affronter la femme dans une organisation typiquement masculine.


La situation évolue lentement mais favorablement.

Des réseaux féminins émergent dans les entreprises, se lient entre entreprises, maillent les organisations, les écoles et la société. Des hommes s’y joignent. La soirée du 23 janvier 2012 à ESCP Europe a rassemblé plus de 400 participants dont ¼ d’hommes, et des organisations très impliquées dans la mixité. L’événement a permis de créer des liens entre réseaux de grandes écoles, d’expertes et d’entrepreneuses. Dans la salle, des hommes et des femmes intrigués et désormais convaincus et actifs. Les réseaux s’organisent progressivement pour décloisonner le « labyrinthe ».
Des femmes dirigeantes et épanouies, dans des secteurs peu habituels pour les femmes : technologie, finance, entrepreneuriat sont venues partager le 23 janv. leurs réussites et la route vers le succès. Patricia Delon, Présidente d’ESCP au féminin, relatait un frein qu’elle observait très souvent chez les manageures : s’autoriser à assumer son ambition. « Les vraies filles ne font pas un truc comme ça ! »pourrait résumer le contexte culturel qui règne parfois encore dans les familles ou les organisations. Et bien que quelques-unes aient réussi leur mue, nombreuses sont encore les femmes qui restent donc freinées par  un manque de confiance en leurs capacités.

Les femmes que j’accompagne me confirment bien souvent qu’elles n’osent pas assez , qu’elles sont moins à l’aise dans les négociations de carrière, moins aguerries dans l’art oratoire, réticentes à la pratique et à l’expression des signes du pouvoir . Ces habiletés heureusement se développent en formation et coaching.

Donc pour répondre à votre question «  y-a-t-il un truc infaillible ? ».

Je vous réponds oui il y a déjà un premier « truc », c’est « vous  en pleine possession de vos moyens », c’est-à-dire en capacité de dépasser vos autolimitations.

Vous, qui «  sortez régulièrement de votre zone de confort pour vous mettre en situation risquée pour continuer à apprendre et progresser, même s’il faut subir des échecs et assumer des succès. Pas si simple ! »( Véronique Di Bénédetto – DG France Econocom).

Vous qui êtes convaincue « qu’il y a toujours une solution et que votre résilience sera au rdv »( Françoise Gri- PDG ManpowerGroup France et Europe du Sud).

Vous, qui « vous levez le matin avec la joie de faire ce qui vous plait, et la volonté de transformer le contexte si besoin » ( Sophie Reynal, Présidente HEC au Féminin).

Vous, qui «  apprenez les codes et le langage de votre environnement pour être légitime, qui devenez bilingue,  tout en gardant votre féminité dans un environnement très masculin » (Valérie Tandeau de Marsac, Présidente de Voxfémina ) .

Vous, qui avez « le travail et l’engagement au service du courage» ( Patricia Barbizet – Chairman Christie’s International).

Vous, qui « fédérez un réseau pour réussir collectivement et portez haut le symbole du dynamisme des entrepreneuses » ( Frédérique Clavel, Présidente Fédération Pionnières).

Le second aspect est bien sûr le contexte dans lequel vous déployez vos talents

Alors, faisons simple, optez pour les secteurs et entreprises « women friendly » . Tant pis pour les organisations qui perdront leurs talents féminins ou qui ne sauront pas les attirer ! 

Regrettable et dommageable  pour elles car la mixité favorise l’innovation, la résistance au stress, la performance et la liste est longue. Mais on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif !

Lien vers l’article complet ICI : Grand Angle – 1er mars.2012 – Conférence des Grandes Ecoles

(1)Les Femmes et le leadership, Isabelle Fortier, HEC Montréal, 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.